Spread the love

 

Nous avons vu comment votre corps pouvait être votre meilleur rempart contre le stress et donc contre les conflits.
Vous avez également reçu les outils qui vous ont aidé à prendre soin de votre système limbique pour mieux éliminer le stress.

Voyons maintenant comment prendre également soin de votre cortex vous permettra de supprimer encore plus efficacement le stress…

Notre voyage dans le temps au niveau physique puis émotionnel se poursuit avec le développement du néo cortex…

Il y a environ 200 millions d’années, le cerveau pensant ou néo cortex se développa.

Un potentiel émotionnel hors du commun

Le néo cortex primitif a évolué à partir d’une seule couche de neurones pyramidaux du cortex dorsal en une structure à six couches présente chez tous les mammifères actuels.
Le néo cortex a été divisé en 20 – 25 aires corticales, y compris des zones sensorielles primaires et certaines secondaires qui caractérisent le néo cortex de presque tous les mammifères aujourd’hui.

Néo Cortex

Alors, avec l’augmentation du nombre de connexions entre neurones, l’éventail des réactions possibles s’élargit ainsi.
De même, celui des actions augmente; alors, cela permet une vie affective plus subtile et plus complexe…
Et nous bénéficions aujourd’hui de la capacité d’avoir des sentiments différents.

Pour homo-sapiens, le cortex devient une des armes les plus évoluées pour développer son adaptabilité à son environnement

Le néo cortex d’homo sapiens est le siège de la pensé et contient des centres chargés d’assembler et comprendre les perceptions sensorielles ; il est responsable des fonctions cognitives supérieures – par exemple, le langage, la pensée et les formes connexes de traitement de l’information.

Grâce au néo cortex, homo-sapiens peut ajouter aux sensations ce qu’il pense d’elles et lui permet d’avoir des sensations sur les idées, les symboles, les objets, les produits de notre imagination & les souvenirs…
Homo-sapiens a surtout la capacité à élaborer des stratégies et à planifier à long terme, de nouvelles nuances aux émotions : les sentiments (l’amour, la haine, le plaisir, le désir, l’affection maternelle à l’origine de l’attachement filial dans l’unité familiale, …).
Encore plus fort: nous avons le potentiel d’avoir des sentiments différents relativement à nos propres sentiments et ceux des autres; nous avons des réactions extraordinairement plus riches face aux émotions…

Les relations entre le néo cortex et le système limbique sont très intimes

Parce qu’il est issu du système limbique, le néo cortex est relié à ce dernier par une myriade de circuits ; le centre de la pensée dépend donc des informations que le système limbique lui adresse.

Le cortex ne gouverne pas toute la vie affective ; pour les questions capitales du cœur, et particulièrement pour les urgences émotionnelles, il passe la main au système limbique.

Chez l’être humain, le néo cortex devient encore plus prépondérants

Le néo cortex humain constitue environ 80 % du cerveau ; il est divisé en un grand nombre de régions spécialisées : les aires corticales.
Bien qu’il n’y ait que des preuves limitées, le nombre de zones corticales, les divisions fonctionnelles fondamentales du cortex, aurait considérablement augmenté avec l’évolution du cerveau humain.
Le néo cortex des premiers mammifères présentait environ 20 aires corticales distinctes alors que chez l’homme on en compte environ 200, soit une augmentation d’un facteur dix.

La puissance du néo cortex s’ajoute toujours celle des autres organes qui restent toujours fondamentaux

Au cours des deux derniers millions d’années, le cerveau du genre Homo (homo sapiens & espèces apparentées) a considérablement augmenté de taille, en particulier les parties préfrontales, pariétale postérieure, latérale temporale et les régions insulaires.
La spécialisation des deux hémisphères cérébraux pour des fonctions connexes mais différentes est devenue plus prononcée, le langage et d’autres capacités cognitives avancées ont émergé.
A contrario, certaines parties du cortex n’ont pas changé de taille malgré l’augmentation de volume du cerveau humain, notamment les zones sensorielles et motrices primaires.

Le cortex préfrontal, la partie la plus évoluée du cerveau

Le cortex préfrontal est la partie antérieure du cortex, du lobe frontal.
Il joue un rôle de coordination des fonctions cognitives (mémoire, attention, planification…), des comportements et des émotions à travers de nombreuses connexions avec les autres régions du cerveau. Il est le siège des fonctions dites exécutives.

Le cortex préfrontal est impliquée dans les fonctions cognitives supérieures telles que la planification des actions futures, aux raisonnement, à la résolution des problèmes complexes, à la prise des initiatives et l’attention.
C’est la partie du cerveau qui a subi la plus forte évolution.

Le cortex préfrontal et le système limbique sont particulièrement impliqués dans les activités d’apprentissages et dans les travaux.
Ils ont en lien étroit avec les autres parties du cerveau dont ils mobilisent les ressources & les particularités diverses.

cortex préfrontal

Une autre région du cerveau ayant particulièrement grandi est le cortex pariétal postérieur

Les ancêtres non-primates des primates avaient un cortex pariétal postérieur très réduit; mais tous les primates ont une grande région pariétale postérieure; c’est le lieu où les stimuli somato-sensoriels et visuels influencent les zones ou les domaines du cortex impliqués dans la planification, l’imitation, la saisie d’objets, l’auto-défense et les mouvements oculaires via leurs projections dans le cortex moteur; il s’agit donc d’implémenter la réalisation précise de la commande motrice en direction des motoneurones, la voie finale de tout acte moteur et pré moteur (planifier et d’organiser le mouvement).
Le cortex pariétal postérieur est exceptionnellement grand chez les humains.
Il a permis l’apparition de nouvelles fonctions, telles que l’utilisation précise de nombreux types d’outils qui est propre aux humains modernes.

Logiquement, le néo cortex joue un rôle bien plus important dans l’attention, la mémoire, la perception, la pensée, le langage et la conscience.

La plupart de ses fonctions ne sont pas perçues par la conscience et sont par conséquent non disponibles pour l’inspection ou l’intervention de l’esprit conscient.

Au sein du néo cortex, il existe région clé du cortex impliquée dans la prise de décision : le « Striatum,

cortex – striatum – 3D

Le striatum fait partie des ganglions de la base.
Les nombreux faisceaux d’axones de cette région lui donnent un aspect strié, d’où le nom de corps strié donné à l’ensemble.
Des chercheurs de l’Institut d’Okinawa au Japon dans une étude publiée dans The Journal of Neuroscience ont révélé en que le « striatum » fonctionne de manière hiérarchique et coordonnée, similaire à celle d’une « entreprise traditionnelle » avec :
– Un dirigeant,
– Et un cadre intermédiaire ,
– Puis un ouvrier.

Cette découverte est une super avancée dans la recherche:

Alors que les scientifiques pensaient jusqu’à cette époque que les trois régions qui constituent le striatum (ventral, dorso-médian et dorso-latéral) remplissaient chacune un rôle distinct sans « travailler » les unes avec les autres:
– « le striatum ventral jouerait le rôle de chef d’entreprise, en décidant d’effectuer une nouvelle tâche ou non, 
– le striatum dorso-médian celui du cadre intermédiaire, en évaluant l’orientation à prendre,
– et le striatum dorso-latéral celui de l’ouvrier qui réalise la tâche ».

Cette découverte contredit également une idée communément admise:

Les scientifiques affirmaient que les décisions « de routine » et celles considérées comme « nouvelles » (liées par exemple à un environnement nouveau) étaient gérées par des zones différentes :
– le striatum dorso-latéral gèrerait les choix routiniers,
– et le striatum dorso-médian les nouvelles décisions à prendre.

Il est maintenant reconnu que le striatum exerce des fonctions multiples au sein du néo cortex

Le striatum est au moins impliqué :

  • dans le mouvement volontaire ou automatique.
  • Et dans les comportements appétitifs ou aversifs, en particulier dans la motivation alimentaire ou sexuelle (striatum ventral).
  • dans la nociception ou la gestion de la douleur.
  • Et dans la cicatrisation

Pathologies

Pour simplifier, nous disposons de 2 hémisphères droit & gauche; selon le neuropsychologue Elknonon Golberg:

  • l’hémisphère droit est celui qui sert à appréhender le nouveau, à apprendre, utile à l’innovation, explorateur de l’inconnu.
  • l’hémisphère gauche est celui qui sert à stocker la connaissance, dépositaire des savoirs, permettant d’appliquer de manière inconsciente des protocoles ce qui est efficace dans des situations connues.

La fluidité du cortex, la capacité d’adaptation, l’un des meilleurs indicateurs de l’intelligence !

Votre cortex est la principale zone dédiée aux apprentissages, à l’innovation, à la communication; il vous offre des potentialités d’adaptation maximales, des capacités créatives optimales.
Exploité sainement, votre cortex pourra libérer votre potentiel réel, utiliser les leviers puissants pour vous donner une ouverture d’esprit plus grande, une vision à 360° de la situation, une hauteur de vue bien plus importante.

Il n’existe pas de définition universelle de l’intelligence.
Mais, elle peut être définie et mesurée par la vitesse et le succès pour résoudre des problèmes pour mieux être en phase avec son environnement.
La flexibilité mentale et comportementale est bien une excellente mesure de l’intelligence.
En effet, cette flexibilité accrue permet de faire apparaitre de nouvelles solutions, d’innover plus facilement.
L’humain est l’animal qui possède la plus grande capacité à trouver des solutions durables, à s’adapter à son environnement.
Encore faudrait-il qu’il en soit conscient & qu’il décide & continue à développer ces capacités.

Que faire pour arriver à sortir de votre zone de confort ?

Surmonter ces 3 plus grandes difficultés:

  1. Accepter vos peurs
  2. Manager les besoins associés à ces peurs
  3. Vous autoriser à faire le 1er pas hors de votre zone de confort vers la zone d’apprentissage.

Cela nécessite d’abord une connaissance de soi assez grande pour avoir de l’estime de soi;puis cela nécessite de plus une estime de soi assez grande pour avoir confiance en soi; et cela nécessite enfin assez de confiance en soi pour accepter de prendre des risques.
Car c’est dans les risques que se trouvent les chances de succès.

Voulez-vous profitez des ressources de votre cortex pour éliminer le stress ?

Alors, rappelez-vous sans cesse que vous êtes la personne la plus précieuse pour toutes celles & ceux que vous aimez et pour qui vous comptez…

Vous souhaitez mieux gérer les tensions et éviter les effets délétères du stress sur vous (mens sana in corpore sano) ?

Alors, prenez beaucoup mieux soin de votre troisième rempart contre le stress: votre cortex
Pour cela, retenez que votre niveau d’
Irritation, d’agacement voire de colère sont de précieux indicateurs de votre niveau de frustrations.
En ce sens, si vos besoins (physiques, émotionnels, cognitifs) ne sont pas suffisamment satisfaits, si vous êtes durablement / intensément frustré-e, votre niveau de stress va augmenter irrémédiablement & passer la barrière E-STRESS => D- STRESS.
Donc, chaque fois que vous ressentez de la frustration (irritation, agacement, colère), voici les 3 actions principales que vous devez réaliser:

– D’abord, identifiez précisément la ou les sources de frustration(s):

A) Physique ?
Avez-vous investi les minutes suffisantes pour prendre soin de votre 1er véhicule & satisfaire vos besoins primaires physiques ?
Que pouvez-vous encore améliorer ?
B) Émotionnelle ?

Est-ce que vous avez investi les minutes suffisantes en nombre et en qualité pour prendre soin de votre 1er véhicule & satisfaire vos besoins secondaires, les émotions ?
Quelles émotions supplémentaires avez-vous ressenties durant la semaine ?
Que pouvez-vous réaliser de plus pour mieux satisfaire les besoins associés ?
C) Cognitive ?

Avez-vous investi les minutes suffisantes pour prendre soin de votre 1er véhicule & satisfaire vos besoins tertiaires, sources de motivation (CF un des prochains articles) ?
Quelles frustrations avez-vous ressenties durant la semaine ?
Que pouvez-vous réaliser de plus pour mieux satisfaire les besoins associés ?

– Ensuite, notez immédiatement la situation qui est à l’origine de ce stress.
Attention à ne pas systématiquement choisir la dernière situation; cette dernière n’est peut être que la goutte d’eau qui fait déborder le vase; exemple: si vous partez en sucette en activité professionnelle, cette frustration a peut être une origine hors de votre milieu professionnel…

– Après, faites la correspondance entre cette frustration cognitive & les besoins associés (un des prochains articles)

– Enfin, choisissez de créer la situation qui vous permettra de nourrir ces besoins spécifiques, aussi vite que possible…

Ainsi vous pourrez éviter que les tensions & stress perdurent & deviennent du D-STRESS; alors vous pourrez avoir un esprit sain dans un corps sain.

Cet article a t’il contribué à une meilleure compréhension des actions à mettre en œuvre ?
Alors, laissez-moi votre commentaire ci-dessous.

Vivez-vous des situations dans lesquelles vous sentez que vous êtes en état de stress ?
Alors, inscrivez-vous à la Newsletter et laissez-moi un commentaire décrivant ces moments et le(s) caractère(s) perceptible(s) ou observable(s).
Et contactez-moi: direction@neoformations.re / 0692 35 65 65

Pour aller encore plus loin dans l’élimination du stress & des conflits, prenez connaissance du prochain article sur vos représentations et leurs influences sur votre niveau de stress.

Jean-Claude YEKPE