Spread the love

 

Avez-vous remarqué que vous ne voyez pas, ressentez pas, n’entendez pas… les choses de la même façon que les personnes qui vous entourent ?
Ou avez-vous remarqué que des situations qui peuvent vous paraitre anodines peuvent mettre les autres sous stress ou créer des conflits ?
Et avez-vous remarqué qu’à l’inverse, certains comportements qui peuvent paraître anodins pour certains peuvent vous faire sur-réagir ?
Ou avez-vous constaté que vous ne comprenez pas certains mots de la même façon que votre interlocuteur ?
C’est parce que vous percevez les informations, les situations & les événements à travers votre cadre de référence unique.
De l’événement réel, vous en faites votre propre film, sans vous en rendre compte.

Quels sont les outils de la perception, leurs atouts et leurs contraintes ?

Votre perception est le fruit de mécanismes complexes qui consistent à doter votre cerveau des moyens de se saisir d’informations venant de l’extérieur de votre corps et également de l’intérieur de votre corps.
C’est grâce à ce mécanisme que vous êtes en mesure de donner du sens à ces informations que vous captez.

Vos sens vous permettent de saisir des informations de toutes natures (formes, odeurs, goûts, températures, sons, matières…); grâce à vos sens, vous avez donc les moyens de voir, sentir, goûter, sentir, entendre, toucher; vous pouvez également percevoir l’équilibre, les mouvements et les rythmes; vos sens vous permettent de capter les informations de l’intérieur et de l’extérieur de votre corps puis les envoyer à votre cerveau.
Tous ces sens sont indispensables à votre navigation dans l’espace des situations, vécues ou non.
Et toutes les informations captées par vos sens seront ensuite transformées par votre cerveau en fonction de votre mémoire.
Vous pouvez par exemple entendre de la musique dès que vous aurez lu ce titre: « Le Boléro de Ravel ».
Idem si vous lisez « Imagine » de John Lennon.

Pour Lionel Naccache: « Notre cerveau relie les situations vécues à notre histoire, celle contenue dans notre mémoire; le sujet peut aller jusqu’à s’inventer une rationalité pour s’auto-justifier.
La mémoire, dans sa fonction autobiographique, emmène l’être humain à rechercher le sens de chacun de ses actes en cohérence avec ce qui a de la valeur pour lui. »

Vos perceptions sont en réalité une reconstruction de « la réalité » qui se fait, à l’insu de votre plein gré, par votre cerveau, en fonction de votre cadre de référence.

Qu’est ce qu’un cadre de référence ?

C’est cette « monture équipée de 3 verres juxtaposés », à travers lesquels vous interprétez les informations, les événements, les situations à votre façon.
Votre cadre de référence est une sorte de triple vitrage qui déforme votre vision des choses que vous percevez.
Cette déformation inconsciente est

1. Relative à votre culture (éducations…)
2. Fonction de votre formation (scolarité, apprentissages…)
3. Consécutive à vos expériences marquantes (positives ou négatives)

Votre cadre de référence détermine votre perception de la situation

Comment décrire autrement le cadre de référence ?

Un méta-programme inconscient qui « digère » toutes les données brutes réelles reçues; votre cadre de référence est un programme inconscient qui oriente ces informations reçues en fonction de ses propres lignes de codes; ces lignes de codes sont elles-même constamment modifiées par les éléments marquants de l’environnement…

Par exemple, votre cadre de référence n’est plus le même entre le début et la fin de cette lecture.
De même, entre le début & la fin d’une formation.
Idem entre le début et la fin d’un voyage à l’étranger durant lequel vous êtes parti-e à la découverte des us et coutumes de la population.
Même chose entre le début et la fin d’un exercice particulièrement difficile…

Comment votre cadre de référence modifie-t-il votre perception  ?

« Grâce » ou « à cause » de ce méta-programme en activité permanente dans votre inconscient, vous êtes rarement « ici maintenant ».
Votre esprit passe son temps à se déplacer ailleurs avant ou ailleurs après; et en fonction de la qualité de construction de l’avant, vous serez plus ou moins fort-e pour affronter les obstacles qui vont se dresser devant vous.

Que se passe t’il si vous êtes dans une situation habituelle et souhaitée ?

Alors votre cadre de référence tentera automatiquement de retrouver des valeurs dépassées mais réconfortantes.
Si il en trouve vous ferez un bond « ailleurs auparavant »; vos comportements seront automatisés en fonction du sens que vous aviez donné dans le passé aux informations similaires à celles que vous recevez actuellement; alors vous réagirez automatiquement, en un minimum de temps, rigoureusement systématiquement de la même manière que par le passé (de manière réflexe).
Ces comportements vous sembleront efficaces parce qu’ils sont rapides.
En réalité, vos réactions ne vous laissent pas suffisamment de temps pour une analyse complète de la situation, le temps de prise de hauteur pour analyser l’environnement actuel…

Que se passe t’il si vous êtes dans une situation non habituelle ou une situation connue mais redoutée ?

Alors votre cadre de référence fera encore référence aux valeurs passées qu’il connait.
Soit n’en trouvera rien (situation non habituelle) & vous vivrez l’expérience comme une simple exploration, une nouvelle expérience.
Soit trouvera ces repères que vous y avez enregistrées inconsciemment.
Si les pistes sont gravées de messages positifs, vous vous sentirez « conforté-e » dans cette direction.
Par contre, si les pistes recrachent des mauvaises propagandes, vous vous sentirez « mal » et alors, les choses peuvent se gâter…

Comment vos enregistrement passés de la situation peuvent agir sur vos capacités ?

a) Lorsque vous vous sentez conforté-e

Si l’effort à réaliser pour trouver une analogie avec le passé & appliquer une solution connue ou s’adapter à la situation est considérée comme étant une simple « difficulté » demandant une « incompétence passagère » et si cette dernière est compatible avec vos ressources disponibles, ou si l’enjeu est faible, cet effort sera perçu comme « non dangereux » pour votre écologie; plus vous aurez enrichi votre écologie avec des valeurs positives, ou des encouragements, ou encore des connaissances supplémentaires fruits des expériences réalisées, et des idées constructives… plus vous pourrez prendre de l’envergure, vous élever au dessus de la situation pour la solutionner avec efficacité; vous allez tenter de surmonter la « difficulté »…

Autre valeur, autre cadre de référence

b) Lorsque vous vous sentez perdu-e

Par contre si par contre l’effort est perçu comme étant un « gros problème » et si ce dernier est incompatible avec vos ressources disponibles, ou si l’enjeu est élevé, ou la situation est opposée à vos valeurs, ce que vous avez à faire n’a pas de sens… cet effort peut être perçu comme ultra dangereux pour votre écologie; alors, vous allez basculer sous D-stress; votre cadre de référence risque de vous positionner inconsciemment en résistance face à la situation; vous vous « figerez » face au besoin d’innover, car innover, évoluer remet en cause l’écologie du système de pensée traditionnelle; vous pourrez avoir beaucoup de mal à être aussi performant-e.
Plus vous aurez saboté votre écologie avec des autocritiques, des résultats d’expériences non réussies, et des idées négatives…, plus vous risquez de replier vos ailes, perdre votre envergure, vous mettre le nez dans la situation & en ressentir toutes les mauvaises énergies.

En quoi votre cadre de référence vous rend unique ?

Vous êtes une personne unique car elle possède son propre cadre de référence unique, construit au fil du temps.
Donc, grâce à votre cadre de référence, vous avez donc une perception unique des informations que vous recevez du monde, vous voyez les choses différemment des autres…
Il est donc logique que les autres également perçoivent les choses différemment de vous.
Même lorsque vous vivez la même situation qu’une autre personne, assistez au même événement, recevez la même information au même moment, chacun d’entre vous s’en fera « un film » différent, en construira « sa réalité », différente de « la réalité » et en sera touché différemment.

Rappelez-vous sans cesse que vous êtes la personne la plus précieuse pour tou-tes celles & ceux que vous aimez et pour qui vous comptez…

Vous souhaitez mieux gérer les tensions et éviter les effets délétères sur vous (mens sana in corpore sano) ?

Ensemble, évitons les frustrations qui sont à l’origine de votre stress (un prochain article).
Alors ensemble, nous saurons comment re-construire durablement « un esprit sain dans un corps sain ».
Ainsi, ensemble, nous saurons éviter durablement les conflits.

Cet article a t’il contribué à une meilleure compréhension de votre perception des situations ?
Alors, laissez-moi votre commentaire ci-dessous.

Vivez-vous des situations dans lesquelles vous sentez que vous êtes en état de stress ?
Alors, inscrivez-vous à la Newsletter et laissez-moi un commentaire décrivant ces moments et le(s) caractère(s) perceptible(s) ou observable(s).
Et contactez-moi: direction@neoformations.re / 0692 35 65 65

Jean-Claude YEKPE